Posté le 30 novembre 2022 par La Rédaction

Oh ! Bugey shopping, c’est son nom. Comme un écho au festival local… car la marketplace aussi, va faire grand bruit ! « C’est un sacré chantier, décrit la président Thérèse David. Chantier dont la genèse remonte à l’ère Covid. » À l’époque, les préoccupations ne sont pas là, pour l’équipe bénévole du Pôle. « La priorité est au rétablissement des gens malades. » Pourtant, dès l’annonce de la fermeture desdits « non-essentiels », les propositions affluent pour pallier le manque à gagner… « Subventions et solutions digitales en pagaille. » Mais Thérèse David, tout juste élue à la présidence du Pôle du commerce, veut prendre le temps. « Se précipiter pour, in fine, quelque chose qui ne tient pas, ça ne sert à rien. » Alors l’équipe planche, résolue toutefois à prendre le virage du numérique. « Les usages ont changé ; c’est une réalité dont on doit tenir compte ! » Les rideaux baissés du centre-ville, doublés des couvre-feux pendant la crise, ont poussé à consommer davantage en ligne. Depuis l’ordi, le smartphone… Autant de canaux devenus naturels, quel que soit le profil. « La marketplace s’est imposée comme réponse adéquate aux nouveaux besoins du marché. L’acheteur est derrière son écran ? Soit : allons-y. » Ainsi le Pôle s’est-il entouré d’experts pour concevoir sa plateforme et verrouiller tous les aspects juridiques d’une telle entreprise. « Il ne faut rien laisser au hasard, et l’on ne pense pas forcément à tout ! » Julie de Visibilis assure l’architecture du site et l’identité visuelle. « La formation interne, aussi. Le numérique est loin d’être évident pour tout le monde… » Le cabinet d’avocats Nicoletti veille quant à lui à la bonne et due forme des composantes juridiques. « Pour les transactions, nous avons choisi Stripe qui permet de régler ses achats directement en ligne, et de façon sécurisée. » Tout est calé.

Fin prêt pour Noël !

Un lancement corrélé aux fêtes de fin d’année, pour trancher avec la morosité des derniers temps, et inscrire la démarche dans un esprit résolument positif. Chacun des commerçants a, en amont, œuvré au remplissage de sa boutique. Photos et infos à l’appui. Chaque enseigne est aussi soigneusement présentée par la figure qui l’incarne. Pour que l’âme demeure… Visuels, catégories : tout est fait pour offrir à l’utilisateur une expérience agréable. Agréable et rentable, pour les commerçants partenaires. « Il faut bien comprendre que la marketplace est un outil complémentaire au commerce physique ! En aucun cas il ne le supplée. » Car c’est bel et bien l’accueil chaleureux, les quelques mots échangés et le conseil personnalisé qui font d’une visite en boutique un incontournable des virées en centre-ville. « Notre ambition avec cette plateforme, c’est d’offrir au consommateur un espace où sont répertoriées un maximum d’enseignes locales. Une adresse unique pour centraliser ses achats tout en soutenant le commerce local. » En pratique, chaque enseigne applique ses propres frais de port. « Pour l’instant, veut préciser Enzo, vice-président du Pôle en charge des aspects logistiques du projet. On travaille à une solution de regroupement des envois, même en cas d’achats auprès de différents commerçants.« 

Ils sont pour l’heure une vingtaine à prendre part à l’aventure, tous secteurs confondus. « L’objectif est d’en avoir une cinquantaine… La plateforme est d’ailleurs ouverte à tous, pas juste à nos adhérents ! » Même si la proximité demeure une règle d’or, « on ne veut pas empiéter sur le terrain de nos voisins« . D’autant plus que le site laissera au choix de chacun une livraison à domicile ou un retrait en boutique de ses achats. « Les limites géographiques seront assez naturelles.« 

Oh ! Bugey shopping en est encore à l’aube de son existence. « Existence pérenne« , souhaite Thérèse qui signe là un projet colossal et porteur pour l’ensemble du territoire. Dans la droite lignée du cœur de métier de ceux qui, chaque jour, ont plaisir sincère à lever le rideau. Et qui demain, en auront tout autant à relever les commandes tombées dans la boîte mail. « C’est ambitieux et courageux. » C’est Haut-Bugey, tout simplement.

« Vous êtes commerçant et souhaitez rejoindre la marketplace ? Il n’est pas trop tard ! Une équipe passionnée vous attend et vous accompagnera dans cette belle aventure ensemble. »

Thérèse David, présidente du Pôle du commerce Haut-Bugey

Comment tout a commencé…

22% du temps, les commerces de centre-ville sont ouverts et les actifs disponibles. Autrement dit : 78% du temps, les commerces sont ouverts alors que les actifs ne sont pas disponibles. C’est pour cette raison qu’il faut repenser le commerce. Aujourd’hui, il est nécessaire de fédérer le
tissu économique du Haut-Bugey. Alors le Pôle du Commerce, propose un outils digital au service des commerçants du Haut-Bugey. Le but ? Allier e-commerce et proximité.
40 millions de Français sont des e-acheteurs. La proximité, ce n’est plus être proche physiquement, c’est être adapté aux nouveaux temps sociaux. Un ensemble de produits en un seul et même endroit, c’est ce que nous proposons avec une place de marché locale et digitale à la disposition des
consommateurs du Haut-Bugey.

• Mission
Connecter les commerçants locaux aux consommateurs locaux digitaux

• Vision
Créer une nouvelle opportunité économique pour le commerce de proximité

• Valeurs
Conserver le lien de proximité avec les clients à travers un outil digital.
Prolonger la relation commerçant/client au-delà des portes du magasin.
Rester « connecté »

Rendez-vous sur : https://ohbugeyshopping.fr/