Posté le 29 août 2021 par La Rédaction

Après un exercice 2020-2021 largement impacté par la crise du Covid, Oyonnax rugby espère repartir de l’avant. Défaits en demi-finale par Perpignan après une quatrième place acquise sur le fil lors de la dernière journée, les Oyonnaxiens ont livré une saison en demi-teinte avec de nombreuses défaites à domicile et des performances qui manquaient de constances : en un mois, on passait de se faire battre par l’ancien promu normand, Rouen, à tenir tête à Perpignan et s’offrir Biarritz à Aguilera ou battre Béziers à 14, comme ce fut le cas dans les deux confrontations aller-retour. Les mauvaises performances et les remontées ont coûté aux joueurs de Joe El Abd qui ont encaissé 10 défaites, régulièrement non bonifiées. Ces précieux points, perdus parfois dans les derniers instants des matchs, auraient pu permettre aux Haut-Bugistes de (peut-être) rêver mieux au classement et auraient (sûrement) fait du bien mentalement à certains passages de la saison. 

L’apport des jeunes 

En plus des 18 victoires acquises au cours de la saison, le club rouge et noir a pu compter sur ses jeunes formés dans sa factory. Thomas Laclayat, Teddy Durand, Loic Crédoz, Adrian Sanday et Aurélien Callandret ont répondu présents tout comme Enzo Reybier dont le match à l’extérieur contre Perpignan avait fait office de référence. La saison 2020-2021, c’est désormais du passé. Joe El Abd et son staff ont enregistré 10 départs dont Beauxis, Fall et Tyrell. Ils enregistrent 7 arrivées de jeunes en Oyo élite et 7 joueurs professionnels, et les retours de blessures enregistrés au cours de 2020-2021 dont ceux de Pedro Bettencourt, Sacha Zegueur et Joffrey Michel. Avec la montée logique de Perpignan et celle moins attendue de Biarritz au terme d’un derby basque fou en match d’accession, les oyomen devront « dompter » une Pro D2 plus homogène que la saison passée : pas de « grand » favori mais « des » favoris et des nombreux outsiders. Sur le papier, difficile de parier sur les équipes qui finiront entre la 7e et la 14e place. Tout pourrait aller vite : soit on jouera la montée, soit on jouera le maintien. Chaque point et chaque bonus pourraient donc valoir (très) cher. Si l’on peut légitimement penser que Bayonne et Agen joueront la remontée directe, rien n’est gagné pour les deux anciens pensionnaires de l’élite ! Il faudra aussi faire attention aux Vannetais, privés d’une finale dans les dernières secondes par Biarritz ; à Provence Rugby qui n’a pas manqué d’afficher son recrutement XXL sur les réseaux sociaux ; au club de Mont-de-Marsan qui a promis de revenir dans le top 6 après une saison compliquée. À cela s’ajoutent les traditionnels concurrents : Colomiers, Montauban, Béziers, Nevers et Grenoble. La différence pourrait donc se faire sur les matchs contre « le petit poucet » Carcassonne qui avait néanmoins failli se qualifier pour les phases finales lors du dernier cru et contre les promus, Bourg-en-Bresse et Narbonne, club ayant également réalisé des recrutements XXL pour son retour en Pro D2. Autant dire qu’Oyonnax ne devra négliger aucun match et jouer chacun d’eux comme des oppositions de phases finales. Désormais sans « star » le club a su se renforcer intelligemment sur chaque ligne en apportant qualité et quantité, tout en intégrant de nouveaux jeunes issus du centre de formation. Une donne bénéfique sur deux points : les recrutements viendront pallier les carences connues l’an dernier en attaque comme en défense dues aux blessures et aux matchs à répétition de certains cadres en raison de l’effectif réduit de 2020-2021 et apportera de la fraîcheur dans la rotation. C’était d’ailleurs sur ce dernier point, la fraîcheur de l’effectif, que les équipes (Grenoble, Angoulême, Mont-de-Marsan) avaient misé pour titiller les Oyonnaxiens à Mathon. Ce pourrait donc être aux joueurs d’Oyonnax de retourner cette arme contre leurs adversaires. 

Une qualification pour les phases finales espérée 

Compte tenu de ces informations, quelle saison prévoir pour Oyonnax ? Soyons optimistes et disons-nous qu’Oyonnax rugby réitérera les performances victorieuses de la saison passée avec des doubles victoires sur les promus. Ajoutons à cela trois victoires à l’extérieur contre Colomiers, Rouen et Mont-de-Marsan, par esprit de revanche. Et parions sur deux défaites à la maison, contre cinq cette saison, venant s’ajouter à une belle victoire contre Bayonne. Franchement, ça serait plaisant et pas si irréalisable quand on voit l’effectif et l’état d’esprit du début de saison. Il reste qu’à confirmer maintenant !